« De la Slovaquie à Madagascar, à travers le continent eurasiatique, une vie digne d’un roman d’aventure : Maurice Benovsky (1746-1786) »

                               

Lundi 28 mai 2018 à 18 h

par

Anita Henry

Diplômée de l’INALCO

au Musée Paul DUPUY, 

salle Mesuret, 13 Rue de la Pleau, Toulouse

La conférence sera suivie d’un dîner (facultatif)

Réservation pour le dîner avant le 24 mai 2018

Inscriptions à la conférence avant le samedi 26 mai 2018

Participation: Étudiant de moins de 25 ans et demandeur d’emploi: 2 € – Junior: conférence gratuite;    Adhérent: Conférence: 5 €; conférence et dîner: 35 €; Non adhérent: Conférence: 8 €; conférence et dîner: 38€

 

Au tout début de l’année 2017, en choisissant le titre de ma conférence : « De la Slovaquie à Madagascar, à travers le continent eurasiatique, une vie digne d’un roman d’aventure : Maurice Benovsky (1746-1786) » je ne pouvais pas imaginer que le dernier roman aux éditions Gallimard de Jean Christophe Rufin, écrivain primé Goncourt, élu à l’Académie française, raconterait la vie extraordinaire de cet explorateur qui fut sacré roi de Madagascar. Des tribulations savoureuses qui ravivent l’esprit des Lumières…

Cet explorateur de régions inconnues et « colonel slovaque-français », champion de la liberté, que la France avait acclamé avant de le dénigrer, combattit pour l’indépendance de la Pologne, s’évada de Sibérie, fit le tour du monde et débarqua à Madagascar où il tenta, au péril de sa vie, de faire briller les idéaux des Lumières.

Benovsky, déporté par les Russes dans la région sibérienne du Kamtchatka, organisa son évasion, en réquisitionnant un voilier russe.

…de là, l’archipel japonais est tout près…

Au moment où le Japon vit quasiment coupé du monde (1639-1853), du fait de la politique isolationniste du gouvernement des shōguns de la dynastie des TOKUGAWA, Maurice Benovsky, transmet une missive aux Hollandais, seuls étrangers ayant le droit de commercer avec l’archipel japonais. Dans cette missive, il annonce que les Russes sont aux portes du Japon et que leur attaque est imminente…

A son retour en France, il noue une étroite amitié avec l’ambassadeur américain Benjamin Franklin qui à son tour introduit Benovsky au général américain George Washington. C’est à lui qu’il pose la question centrale de l’avenir de cette révolution américaine: est-ce qu’elle doit rester dans un seul pays ou s’appliquer au monde entier?

Le but de Benovsky n’était pas, comme aujourd’hui, d’exporter la démocratie par les armes. Il proposait une vision beaucoup plus fraternelle.

Personnage solitaire, qui traverse les difficultés avec force et un appétit de vivre. Il est mort à 40 ans et, pourtant, il a accompli un nombre incroyable de choses, que cette conférence tentera de vous faire découvrir.

 

atao-admin